Le New York Post présente ses excuses pour le singe en caricature sur le plan d’Obama

Le journal New York Post a présenté ses excuses à tous ceux qui ont été offensés par la caricature d’un chimpanzé tué par des policiers publié le 18 février. Plusieurs ont vu dans ce dessin une allusion au président des Etats-Unis Barack Obama et ont accusé l’édition de racisme.

Dans l’éditorial le journal a précisé que la caricature a seulement ridiculisé le plan suggéré par l’administration d’Obama, qui serait impropre à relancer l’économie américaine. On souligne encore que les auteurs n’ont pas eu l’intention de représenter le président lui-même.

En même temps l’édition remarque que la publication de cette caricature est devenue pour les adversaires un prétexte pour régler leurs comptes avec l’édition.

Selon l’information de l’agence Reuters, le lendemain de la publication de la caricature une manifestation a eu lieu près de l’édifice de la rédaction du New York Post : des centaines de participants ont porté des affiches « Arrêtez le racisme! » et appelé à boycotter l’édition.

A l’origine du scandale se trouve la caricature sur laquelle l’illustrateur connu Sean Delonas a représenté deux policiers qui ont abattu un singe. Un d’eux dit: « Alors il faudra chercher quelqu’un d’autre pour développer le plan de relance de l’économie ».

Le sujet du dessin se base sur une nouvelle scandaleuse où lors du tournage d’une publicité un chimpanzé dressé a attaqué l’amie de sa patronne. Les policiers n’ont pas pu calmer l’animal et ont dû l’achever.